L’ÉGLISE ET LE RÉVEIL DES CONSCIENCES.

“Je vous le dis, si eux se taisent, les pierres crieront…” Lc 19,38-40
Lettre aux catholiques

L’Église de France traîne une mauvaise conscience. Elle regrette d’avoir «perdu» la classe ouvrière au cours du XXe siècle… Mais aujourd’hui, elle pourrait bien perdre sa propre jeunesse! La cécité à ne pas lire ce que son vocabulaire appelle pourtant les «signes des temps» est accablante.
Depuis des mois, en effet, des catholiques de base, jeunes ou vieux, essentiellement des familles, se sont mobilisés par centaines de milliers (700 000 pétitions envoyées au CESE en 15 jours) pour dénoncer des évolutions de société voulues par le pouvoir socialiste. Dans l’Aube, 950 personnes ont bénéficié des transports par cars lors des manifestations qui ont rassemblé plus de 1 000 000 de personnes.
Cependant certains prélats, et non des moindres, font mine de ne pas voir ce mouvement en considérant que l’enjeu, la survie ou la disparition de la cellule familiale, composée d’un homme et d’une femme et de ses enfants, ne valait pas ce dérangement.
Pour trois raisons.
– L’Eglise, selon eux, avait d’abord tout à perdre, en termes d’image, dans ce combat «perdu d’avance» et d’arrière-garde, parce qu’il importerait, aujourd’hui, de «faire avec» l’évolution de la société.
– En s’engageant, l’Église risquait ensuite, de se faire récupérer, dans un combat purement politique, par la droite et l’extrême droite.
– Certains prélats, enfin, plutôt bienveillants pour le gouvernement socialiste, ne voulaient pas gêner son action, considérant la question du mariage homosexuel comme un débat de société mineur.
Seul problème: en composant avec le politiquement correct, ces prélats perdent leur crédit chez une partie des catholiques, surtout chez les jeunes qui, loin d’être «réacs», sont devenus d’authentiques «rebelles». Des insoumis «intérieurs» qui n’entrent dans aucune catégorie politique, encore moins celles de l’extrême droite. Mais qui comprennent mal pourquoi la hiérarchie catholique est si réticente à s’engager franchement sur les grands sujets de société, préférant se réfugier dans le non-dit plutôt que de mettre sur la table les désaccords qui divisent entre eux les évêques.
La discussion franche de Lourdes, le 8 avril 2014, n’a rien changé. Si les prélats partent du même constat « la famille classique est battue en brèche par les évolutions de société », les uns, comme les cardinaux Vingt-Trois et Barbarin et beaucoup d’évêques, tels Mgr Brouwet et Mgr Rey, pensent que c’est une raison de ne pas baisser les bras ; d’autres, comme Mgr Brunin, estiment que l’Eglise ne doit plus privilégier une vision unique de la famille, mais prendre en compte toutes ses formes en les mettant sur même plan. Cette prudence, voire cette peur, la jeune génération des catholiques français ne la comprend plus.
Il est incontestable que les dernières élections municipales ont prouvé l’influence du combat de La Manif Pour Tous sur la population. Sa dénonciation de la théorie du genre, comme le signalent de nombreux commentateurs politiques,ainsi que de la PMA et de la GPA pour les couples de même sexe, a été particulièrement ressentie dans les urnes chez les catholiques de l’Ouest et du Centre de la France; ainsi que chez les musulmans dans les zones urbaines. D’où la mise en sommeil par le gouvernement des revendications du lobby LGBT.
A l’issue du rendez-vous du 28 avril 2014 entre Ludovine de La Rochère et Laurence Rossignol, ministre de la famille , Ludovine de La Rochère a déclaré: «La Manif Pour Tous reste en alerte tout en saluant la confirmation que la pratique de la PMA (Procréation Médicalement Assistée) ne sera pas libéralisée pour les couples de femmes et les célibataires d’ici la fin du quinquennat.Le rendez-vous peut être considéré comme un tournant pour le respect de la démocratie, mais il n’y a pas de tournant pour l’intérêt général de l’enfant, la Ministre ne souhaitant pas véritablement mener une politique de dissuasion à propos de la PMA et de la GPA. Concernant la proposition de loi Apie (Autorité parentale, intérêt de l’enfant), nous déplorons le manque d’ambition en matière de prévention des problèmes familiaux. La Manif Pour Tous propose d’organiser et d’animer, en lien avec le cabinet de Laurence Rossignol, un groupe de travail consacré à ce volet prévention ».
Le gouvernement comprend aujourd’hui son erreur d’analyse qui a consisté à faire voter des lois sociétales pour masquer les problèmes économiques. Il se retrouve aujourd’hui face à un front Pro-famille réunissant catholiques et musulmans. Ce vote musulman qui lui semblait acquis lui échappe partiellement. Contrairement aux pronostiques, La Manif Pour Tous qui a perdu la première manche gagne la 2ème. Preuve que la partie n’était pas perdue d’avance.
Qui gagnera la 3ème manche ?
Nous avons besoin de vous. Nous comptons sur vous. L’Europe qui regarde avec étonnement notre obstination, commence à se demander si les Français n’ont pas ouvert un front contre le politiquement correct mondialisé.
Jean-Marie Guénois
Gérard Carpentier

PS :Si vous voulez établir un dialogue avec nous, rendez-vous sur notre site d’informations www.lmpt10.com. En haut à droite du site vous trouverez notre FORMULAIRE DE CONTACT. Utilisez-le pour nous confier vos impressions, votre accord ou votre désaccord. Vous pouvez aussi nous faire parvenir un mail à : contact@lmpt10.com

ON NE LÂCHE RIEN